Partenaires

Série Gérer efficacement — Le lexique de l’entrepreneuriat

Publié le 6 septembre 2018

Vous vous êtes sans doute déjà demandé à travers votre parcours d’entrepreneur et de gestionnaire ce que certains termes de gestion pouvaient bien signifier. Vous désirez, face à vos fournisseurs, partenaires et clients non seulement avoir l’air, mais aussi la chanson. Voici donc quelques définitions du milieu de l’entrepreneuriat qui pourraient vous être bien utiles. Maintenant, quand vos coachs, vos collaborateurs, voire même d’autres intervenants de l’écosystème entrepreneurial, vous parleront des concepts de plan d’affaires, de société en nom collectif, voire même de repreneuriat, vous ne regarderez pas seulement la parade passer, mais vous y serez la vedette!

  • Entreprise individuelle : L’entreprise individuelle est une entreprise exploitée par un seul individu appelé « travailleur autonome » ou « travailleur indépendant ». Unique propriétaire, il gère seul son entreprise et en retire donc tous les profits, mais en assume les pertes en solo. L’entreprise individuelle est la forme d’entreprise la plus simple à démarrer. Fait intéressant, le travailleur indépendant qui facture un total de 30 000 $ ou moins durant l’année pour ses ventes et services n’a pas à s’inscrire auprès des autorités fiscales aux fins des taxes de vente (TPS et TVQ). La gestion des finances est donc beaucoup plus simple et, sur le plan fiscal, le travailleur autonome bénéficie de certains avantages étant donné que ses revenus d’affaires sont considérés comme ses revenus personnels.
  • Franchise : Une franchise est un contrat commercial entre un franchiseur (une société, un commerçant) qui octroie un droit d’usage d’une marque, d’un produit, d’un savoir-faire, d’une méthode, etc., à un franchisé (un partenaire, un client, un autre commerçant). La franchise permet également au franchiseur un déploiement rapide avec un investissement moins important en capital. Du côté du franchisé, la franchise permet de diminuer le risque commercial en bénéficiant d’un concept qui a généralement fait ses preuves.
  • Modèle d’affaires : Le modèle d’affaires est un outil conceptuel qui permet d’explorer les principales facettes du déploiement d’une idée d’affaires au développement d’une entreprise. Le modèle d’affaires permet entre autres de développer stratégiquement une idée, de trouver de nouvelles façons de créer de la valeur tant pour vos clients que pour votre entreprise et d’expliquer comment votre entreprise sera rentable et ainsi assurer sa pérennité.
  • Plan d’affaires : Le plan d’affaires est un document officiel détaillé qui présente un projet d’entreprise; de son plan de commercialisation, au marché visé par son offre de produits et de services, en passant par sa concurrence, sa forme d’entreprise, etc. Le plan d’affaires est ainsi une carte de visite nécessaire lorsque vous désirez obtenir du financement auprès d’une institution bancaire pour le démarrage de votre entreprise.
  • Société en nom collectif : La société en nom collectif « S.E.N.C. » regroupe des individus, que l’on appelle « associés », qui ont décidé d’exploiter une entreprise dans un esprit de collaboration et de mise en commun des connaissances, des biens et des activités. Avec cette forme juridique d’entreprise, les associés partagent entre eux les bénéfices financiers et les pertes de l’entreprise selon un pourcentage établi d’actions. Faits intéressants, la société en nom collectif « S.E.N.C. » est une forme d’entreprise plus simple que la société par actions et est moins coûteuse au niveau de la création et de son fonctionnement (peu de frais gouvernementaux, juridiques, comptables, etc.).
  • Société par actions : La société par actions, aussi connue sous l’appellation « compagnie », est une forme d’entreprise dont le but est de réaliser des profits avec un chiffre d’affaires plus important que la société en nom collectif ou l’entreprise individuelle. Les profits de la société par actions sont ensuite réinvestis dans l’entreprise ou répartis entre les actionnaires sous forme de dividendes (revenus ou bénéfices). La forme juridique de la société par actions peut également réduire les risques reliés à l’exploitation de l’entreprise, car c’est la société elle-même qui est responsable de ses dettes.
  • Repreneuriat : Le repreneuriat c’est lorsqu’une personne ou encore, un groupe d’individus, achètent une entreprise existante pour en assurer la relève et la poursuite des activités. Le repreneuriat peut s’effectuer par exemple lorsqu’une entreprise est en difficulté, lors de la vente de celle-ci ou tout simplement lorsque ses dirigeants souhaitent passer le flambeau et prendre leur retraite.

Vous souhaitez approfondir davantage vos connaissances sur ces termes et votre maîtrise générale de tout ce qui touche la gestion de votre entreprise? Encore plus loin, vous souhaitez en connaître plus sur la gestion 360o de votre entreprise : de la gestion financière, au marketing, aux ventes, en passant par les médias numériques, les ressources humaines et la gestion du temps? N’hésitez plus et inscrivez-vous dès maintenant à la formation Gérer efficacement mon entreprise d’Entrepreneuriat Québec, parce que gérer efficacement, ça s’apprend!

Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec l’équipe d’Entrepreneuriat Québec au 1 888 256-2157 (numéro sans frais) ou à info@entrepreneuriat-quebec.com et à consulter la section Gérer efficacement mon entreprise sur notre site Web.